Sous la direction de Catherine Nesci,  Olivier Bara
George Sand inscrit la théâtralité au cœur de son œuvre. Elle explore les limites du roman et du théâtre, interroge les frontières de l'être et du paraître.

Présentation

La théâtralisation de l’existence est chez George Sand l’obstacle à la rencontre sincère entre les êtres autant que le moyen d’inventer de nouvelles relations humaines. Si les travestissements vestimentaires de Sand ont pu évoquer une performance féministe avant l’heure, l’écrivaine a su créer des personnages chargés d’explorer tous les possibles du corps et de la voix, le plus souvent dans la pudeur et l’idéalisation, mais aussi dans le souci d’une critique sociale et d’un renouvellement des formes littéraires et artistiques. Le concept de performance permet d’interroger les stratégies esthétiques et les facettes dérangeantes des écritures sandiennes, dans leurs rapports au corps, au temps et à l’espace.

 

Auteurs


Catherine Nesci est professeure à l’université de Californie, elle y dirige le programme de littérature comparée.

Olivier Bara est professeur de littérature française du XIXe siècle et d’arts de la scène à l’Université Lyon 2. Il dirige l’Institut d’histoire des représentations
et des idées dans les modernités (IHRIM).

Collection Bibliothèque stendhalienne et romantique, les derniers titres

Publié le 1 avril 2019
Mis à jour le 29 août 2019