Traduit et annoté par Michel Adroher
Découvrez l'univers merveilleux et courtois de cette histoire basée sur des récits traditionnels de la retraite du roi Arthur en Sicile, après la bataille de Salesbières.

Présentation

Chevauchant près d’un port majorquin, Guillem aperçoit non loin du rivage un récif sur lequel se tient un perroquet. À peine a-t-il posé le pied sur le rocher que celui-ci commence à se mouvoir : c’est une baleine ! Accompagné par l’oiseau, l’animal met aussitôt le cap en direction de l’orient et amène Guillem sur une île enchantée où vivent la fée Morgane et un roi Arthur plongé dans la dépression à cause de la disparition des valeurs courtoises et chevaleresques… La Faula est un lai narratif, c’est-à-dire un écrit relativement bref qui relate des faits merveilleux dans le cadre d’un univers courtois. Parmi ces productions originales de la fin du Moyen Âge, l’œuvre de Guillem de Torroella constitue une pièce essentielle pour l’étude de la diffusion et de la réception de la matière de Bretagne en Catalogne. Sa lecture montre combien la fréquentation des romans de chevalerie français était familière à l’auteur : Lancelot, l’Estoire dou Graal, la Queste del Saint Graal, Tristan et Iseut et d’autres trouvent en effet écho dans cet ouvrage.

Auteurs

Michel Adroher est maître de conférences en langue et littérature du Moyen Âge à l’université de Perpignan. Il a publié Les Troubadours roussillonais (XIIe-XIIIe siècles) en 2012.


Auteur original
Guillem de Torroella
, jeune homme de vingt-cinq ans, non encore adoubé chevalier au moment où il rédige sa narration, appartenait à une illustre famille originaire de l’Ampourdan, implantée à Majorque depuis la conquête de l’île par Jacques le Conquérant en 1229. Il serait né vers 1349 et mort aux alentours de 1375.

Collection Moyen Âge européen, les derniers titres

Publié le3 septembre 2020
Mis à jour le4 juin 2020