Auteur(s) Frédéric Dumas
Quatre récits de voyage relatent les aventures d’un Mark Twain haut en couleur, qui s’affiche comme touriste, critique, et artiste. Sous des apparences burlesques, ses œuvres dénotent une obsession pour la mort qui offre de nombreuses analogies avec la peinture de Vanité.

Présentation

Au début de l’ère du tourisme de masse, la planète est devenue le terrain de jeux des touristes-consommateurs. Dans ce contexte, quatre livres de voyage relatent les aventures souvent burlesques d’un Mark Twain haut en couleur, qui se présente comme un béotien mais se pique de science et d’art. Ses récits le dévoilent dans ses œuvres, qui transforment le monde en une production esthétique reflétant ses obsessions personnelles. Les lieux funéraires, omniprésents, suscitent un travail introspectif où pointe l’angoisse de la mort. Dans le monde ainsi transmué affleurent çà et là des fragments de l’univers psychique de l’auteur en tant qu’artiste, engagé dans une démarche comparable à celle des peintres de Vanités du dix-septième siècle, que la persona perpétue sur le mode littéraire. Tourisme et Vanité s’appuie sur le fonds prestigieux des archives Mark Twain de l’université de Berkeley et propose de nombreuses traductions inédites. Il délaisse l’aspect biographique des voyages de Samuel Clemens pour se concentrer uniquement sur la production textuelle, notamment dans ses rapports avec l’image.

Collection Esthétique et représentation : monde anglophone (1750-1900), les derniers titres

Publié le 21 mai 2015
Mis à jour le 20 août 2019