Auteur·e(s) René Ghil
Textes réunis et présentés par Jean-Pierre Bobillot
Aujourd'hui largement ignoré, René Ghil fut l'adversaire du Symbolisme. Cet ouvrage permet de découvrir des traités largement ignorés mais qui méritent, aujourd'hui, d'être lus.

Présentation

René Ghil fut le plus soudainement célèbre, puis le plus injustement oublié des auteurs de la première génération symboliste : précisément parce qu’il s’avéra l’adversaire le plus irréductible du Symbolisme. Si les versions successives de son précoce et effervescent Traité du Verbe (1886), devenu En Méthode à l’Œuvre (1904), ont fait l’objet d’innombrables commentaires, ses traités plus tardifs sont restés largement ignorés, et n’ont jamais été réédités ; ils représentent pourtant les états les plus aboutis, et les plus personnels, d’une pensée aussi intransigeante que singulière, parvenue à une ferme maturité, et méritent aujourd’hui d’être lus, voire de contribuer aux débats actuels sur la poésie, la connaissance et la chose publique. On trouvera donc, dans le présent volume, le texte intégral de De la Poésie Scientifique (1909) et De La Tradition de Poésie-Scientifique (1920), auxquels s’ajoutent plusieurs lettres de Ghil lui-même et différents articles qui lui furent consacrés, tous en rapport direct avec la question de la « Poésie scientifique ». Outre une copieuse préface, des éléments biographiques et une bibliographie très détaillée, on y trouvera également d’abondantes notes consacrées, en particulier, aux nombreux auteurs plus ou moins inconnus ou oubliés que le poète-théoricien mentionne dans ses écrits, et bien sûr à ses correspondants.

Collection Archives critiques, les derniers titres

Publié le7 juillet 2008
Mis à jour le21 avril 2020