Sous la direction de Jessica Desclaux
Récit du dernier des voyages romantiques d’Orient, 1914 interrompant une lignée de voyageurs, cet ouvrage aborde l’influence de la Grande Guerre sur la vision et l’écriture de l’Orient chez les écrivains et les savants.

Présentation

« Le voyage de Barrès, après ceux de Chateaubriand, de Lamartine, de Gautier, de Gérard de Nerval, aura été le dernier des voyages romantiques d’Orient, des voyages vers l’Orient romantique. Là encore 1914 marque la grande coupure. Cet Orient n’existe plus », écrivait Albert Thibaudet, pour qui la Grande Guerre mettait fin à une lignée de voyageurs.
Cet ouvrage interroge l’influence de la guerre sur la vision et l’écriture de l’Orient chez des savants et des écrivains, notamment André Gide et Pierre Loti.
À partir d’Une enquête aux pays du Levant, livre de Barrès publié en 1923, mais issu d’un voyage de 1914, il identifie plus largement les mutations du genre du récit de voyage entre le long
XIXesiècle, marqué par le romantisme, motivé par la quête spirituelle, et les années d’entre-deux-guerres où se développe le genre du grand reportage, marqué par un intérêt plus politique lié à la présence coloniale française en Syrie et au Liban.

Auteurs

Jessica Desclaux est agrégée de lettres modernes, docteur en littérature française de l'Université Paris-Sorbonne.

Collection Vers l’Orient, les derniers titres

Publié le 30 avril 2019
Mis à jour le 27 mai 2019