Auteur(s) Carlo Gozzi
Présenté et traduit par Françoise Decroisette
Cette fable n'a fait l'objet que d'une seule traduction en français, en 1856. Elle marque pourtant un tournant dans la carrière du dramaturge italien Carlo Gozzi. On retrouve ici une nouvelle traduction établie dans le respect des choix éditoriaux de Gozzi.

Présentation

Contraint à l’impossible quête d’une beauté inaccessible, le roi Millo a sombré dans la mélancolie. Son frère Jennaro prend la mer pour chercher l'objet de ses désirs. Il trouve Armilla et l’enlève. Mais la vengeance du père de la belle, magicien cruel, s’abat sur lui... Créée à Venise en 1762, Le Corbeau est la deuxième des dix ‘fables théâtrales’ de Carlo Gozzi, où le tragique se mêle au merveilleux.

Cette nouvelle traduction respecte les choix éditoriaux de Gozzi : préface programmatique, alternance des vers et de la prose, alternance des scènes entièrement écrites et des scènes improvisées. L'introduction replace la fable dans son contexte et en analyse les ressorts dramatiques complexes. Le texte de la pièce, établi à partir de la première édition de l’œuvre, est complété par la traduction d'une première version écrite par Gozzi sous forme de canevas, restée manuscrite.

Auteurs

Né en 1720, Carlo Gozzi est un aristocrate vénitien issu d’une famille ancienne mais ruinée, et très attaché aux valeurs de sa caste contre les idées des Lumières. Il a laissé une œuvre théâtrale importante, souvent sous-estimée par la critique qui ne voit en lui qu'un conservateur acariâtre. Pour contrer Goldoni et Chiari, qui triomphent sur les scènes vénitiennes, il crée en 1761 le genre de la ‘fable théâtrale’, en associant librement le comique, le tragique et le merveilleux scénique.

Vous aimerez peut-être aussi

Collection Paroles d’ailleurs, les derniers titres

Publié le 30 janvier 2018
Mis à jour le 19 décembre 2018