Auteur·e(s) Natascha Ueckmann
Traduit par Kaja Antonowicz
Un ouvrage résolument actuel sur les questions de féminisme et sur la notion d’orientalisme.

Présentation

Ce livre présente les récits de nombreuses voyageuses d’expression française en Orient aux XIXe et XXe siècles, certaines bien connues du public, d’autres totalement oubliées. Leurs récits sont examinés à travers deux paradigmes principaux, celui du désert (espace ouvert) et celui du harem (espace fermé), le premier semblant peu à peu remplacer le second. Natascha Ueckmann met en lumière les particularités du regard féminin sur l’Orient et observe les attitudes des voyageuses d’un point de vue résolument féministe. Le féminisme est ici utilisé comme instrument d’analyse littéraire, mais sans aucune forme de complaisance à l’égard des préjugés des voyageuses et de leur attitude parfois coloniale à l’égard des Orientaux et des Orientales. Sans nier le désir d’autonomie et de découverte de l’altérité des voyageuses, Natascha Ueckmann dessine ainsi les contours d’un orientalisme au féminin qu’elle examine avec les instruments des études de genre et des études postcoloniales. Elle cherche à mettre en évidence la façon dont les femmes européennes s’inventent elles-mêmes en se situant dans un champ de tension entre désir de découverte de l’ailleurs et volonté de confirmer leurs idées préconçues. Un ouvrage résolument actuel sur les questions de féminisme et sur la notion d’orientalisme.

Auteurs

Natascha Ueckmann est depuis 2018 maîtresse de conférences HDR à l’Université Martin-Luther de Halle-Wittenberg (Allemagne), où elle enseigne les littératures et cultures francophones et hispanophones et les théories postcoloniales.

Après des études de lettres (en Pologne, en Allemagne et en France), Kaja Antonowicz est actuellement documentaliste à l’Institut historique allemand de Paris.


 

Collection Vers l’Orient, les derniers titres

Publié le25 juin 2020
Mis à jour le6 juillet 2020