Sous la direction de Emmanuel Reynard
Un numéro autour des questions du tourisme de montagne, de la gestion de l’eau et de la neige en contexte de changement climatique.

Présentation

Le tourisme de montagne repose principalement sur deux ressources territoriales particulières : le paysage (Reichler, 2002) et la neige (Gumuchian, 1983). Dans les montagnes européennes, après une phase de développement du tourisme durant la saison d’été dès la fin du XVIIIe siècle, les sports d’hiver ont fait leur apparition au début du XXe siècle à Saint-Moritz (Engadine, Suisse), puis se sont répandus dans quasiment toutes les chaînes montagneuses (Alpes, Pyrénées, Carpates, etc.), dès l’entre-deux guerres et surtout après la Deuxième Guerre mondiale. Certains pays tels que la France ont mis en œuvre de véritables politiques de mise en valeur planifiée de la ressource « neige ». Le Plan Neige a ainsi visé à pallier de manière systématique et planifiée au déclin de l’économie agricole et pastorale et à positionner la France sur le marché européen du ski (Granet-Abisset, 2016), donnant naissance au modèle des stations intégrées (Knafou,1978). Dans de nombreuses régions, une véritable économie de la neige a pris place, un modèle qui se déplace actuellement vers de nouveaux marchés, le Caucase par exemple. En Amérique du Nord, le tourisme de la neige s’est également imposé dans certaines stations des Rocheuses, en complément au tourisme de la « wilderness », développé dès la fin du XIXe siècle et la création des premiers parcs nationaux.

Auteurs

Emmanuel Reynard est professeur à l'université de Lausanne et à l'Institut de géographie et durabilité (IGD), membre du Centre interdisciplinaire de recherche sur la montagne (CIRM).

Publié le3 avril 2020
Mis à jour le17 avril 2020