Auteur(s) Mihaela Marin
L'ouvrage explore des facettes peu connues de l’œuvre de Zola, au travers de références culturelles qui soulignent son penchant pour le primitif et le populaire, sa préoccupation consciente ou inconsciente pour les formes archaïques de la pensée.

Présentation

Un Zola hanté par l’archaïque ? Oui, et surtout dans ses romans du travail et du peuple, si sévèrement jugés dans son époque et quelquefois incompris dans la nôtre.
Ce livre essaie de dégager ce substrat de l’écriture zolienne où l’articulation de l’ancien et du moderne se laisse découvrir sous le mode plus ou moins conscient d’une hantise, d’une fouille dans l’imaginaire élémentaire, plutôt que sous forme de polémiques théoriques, propres aux querelles littéraires et aux mouvements artistiques contemporains. L’archaïque zolien y est décrypté et défini comme modalité de créer, comme un recours délibéré et un retour inconscient aux ressources primitives de l’imaginaire. La réflexion sur ce lieu culturel élusif qu’est l’archaïque dans la deuxième moitié du XIXe siècle, nous permet ainsi de découvrir toute une archéologie de références — explicites ou implicite — qui témoignent des affinités subtiles du texte zolien avec le monde archaïque des tragédies grecques, avec les procédés de la rhétorique antique, avec l’imaginaire collectif et ses manifestations rituelles dans certaines sociétés primitives. Ce sont, précisément, les trois grandes voies d’investigation qui ont déterminé la composition de cet essai.

Hors collection, les derniers titres

Publié le 27 mars 2007
Mis à jour le 5 octobre 2017