Auteur·e(s) pierre brunel
Le propre du secret est qu'il donne à imaginer. Il est le point de départ d'une recherche qui peut prendre la forme de la quête, ou même de l’enquête. Il déclenche surtout une rêverie dont bénéficient la littérature et l'art.

Présentation

Le propre du secret est qu’il donne à imaginer. Il est le point de départ d’une recherche, qui peut prendre la forme de la quête, ou même de l’enquête. Il déclenche surtout une rêverie dont bénéficient la littérature et l’art. Partant d’un exemple apparemment très simple, « Le secret de Maître Cornille », dans les Lettres de mon moulin, Pierre Brunel a choisi, sans aucun souci d’être exhaustif, un libre parcours. Il convoque, au gré de sa fantaisie, mais aussi d’une nécessité interne du sujet, antiques et modernes, écrivains, peintres et musiciens. Nul esprit de système, dans tout cela, nulle grammaire de l’imaginaire, mais un libre déploiement à partir de visages d’hommes, de figures mythiques et même de simples lettres de l’alphabet, immobiles ou dansantes, d’apparents cryptogrammes qui peuvent aussi constituer des clés.

Collection Ateliers de l'imaginaire, les derniers titres

Publié le1 février 1998
Mis à jour le23 avril 2020