Sous la direction de VALERIE MOLERO,  JANICE ARGAILLOT
Cette publication a pour objectif d’étudier l’action des femmes en résistance du XVIIIe siècle à nos jours à travers le temps et l’espace. Par le biais d’une étude transversale et pluridisciplinaire émerge ainsi un portrait de femmes hors du commun qui côtoient des parcours plus « ordinaires », vus dans les circonstances de leur lutte quotidienne.

Présentation

La lutte des femmes pour dénoncer l’inégalité de leur condition a existé de tous temps, mais de façon marginale, grâce à quelques femmes lettrées courageuses, qui ont osé exprimer leurs protestations face au joug patriarcal. À cet égard, le XVIIIe siècle peut être considéré comme un moment charnière, avec la Révolution française et la diffusion d’idées humanistes et éclairées en Europe qui vont progressivement opérer un changement des mentalités dont les femmes vont bénéficier peu ou prou. Toutefois, leur lutte devra être acharnée pour que leurs compétences soient reconnues dans les pays où la société civile et l’Église les a cantonnées depuis des siècles dans la catégorie des femmes faibles par nature. Certaines sont entrées dans l’Histoire, individus d’exception devenues héroïnes. D’autres, anonymes « ordinaires », sont également entrées en résistance. Ces femmes « sans histoire » ont, par leur vie qui ne s’ajustait pas à la norme imposée, développé une forme de résistance dans le temps et l’espace où il leur a été donné d’exister. Cette publication a pour objectif d’étudier plusieurs aspects des productions et de l’action de ces femmes en résistance, par des perspectives transversales et pluridisciplinaires qui analysent les modalités de l’engagement féminin sous divers angles et sous diverses latitudes.

Revue ILCEA, les derniers titres

Publié le 8 novembre 2018
Mis à jour le 6 décembre 2018