Sous la direction de claudie bernardchantal massol
Étude inédite des interférences entre le roman et les fictions brèves dans la littérature française du XIXe siècle.

Présentation

Si la question des interactions entre le roman et les fictions brèves n’est pas propre au XIXe siècle, elles se pose toutefois avec une particulière acuité à cette époque.
C’est en effet le moment où s’affirme à la fois le statut générique du roman et celui de la nouvelle, à la faveur du mouvement de reconfiguration du système des genres qui se produit au cours de ce siècle.
Cette séparation n’empêche toutefois pas des liens étroits, nombreux et divers, dus notamment à l’entrée de la littérature dans l’ère médiatique, puis dans la « civilisation du journal », règne de la circulation et du recyclage des écrits, de la porosité des frontières génériques, des entrelacs de formes, de leur hybridation.
Ce volume est d’une grande richesse sur tous les plans : théorie du roman et théorie de la nouvelle en tant que forme brève ; méthodologies variées (approches comparées de l’usage des deux formes chez un même auteur, par exemple) ; histoire littéraire et réflexions sur les supports médiatiques ; choix d’un large corpus, bien équilibré (auteurs canonisés, tels Staël, Stendhal, Balzac, Sand, Flaubert et Maupassant, et auteurs moins lus de nos jours, comme Féval, Erckmann-Chatrian, Daudet ou Rosny ; et ceux que la recomposition des champs universitaires au XXIe siècle a minorisés, comme Lamartine, Musset ou Nodier) ; réflexions sur les genres esthétiques et sur la poétique des oeuvres.

Auteur·e(s)

Chantal Massol est professeur émérite de littérature française de l’Université Grenoble Alpes.

Claudie Bernard est professeur de littérature française au Department of French Literature, Thought and Culture, New York University.

Collection Bibliothèque stendhalienne et romantique, les derniers titres

Publié le3 février 2022
Mis à jour le8 octobre 2021