Sous la direction de Véronique Molinari
Les publications consacrées au lien entre femmes et migrations se sont depuis multipliées depuis les années 1980 jusqu’à constituer aujourd’hui un champ d’étude spécifique, principalement exploré par les sociologues, anthropologues et géographes.

Présentation

L’approche adoptée dans les articles réunis dans ce volume est, quant à elle, principalement historique et basée sur des sources primaires (archives, témoignages…). En faisant appel à des civilisationnistes et historiens spécialistes de différentes aires géographiques, nous avons souhaité diriger plus particulièrement notre attention vers le regard porté sur les migrantes — par ceux qui ont, entre le début du XIXe siècle et la moitié du XXe siècle, pu les pousser à partir, par ceux qui les ont accueillies ; enfin par les migrantes elles-mêmes. Plus que les modalités institutionnelles ou économiques, ce seront donc les modalités sociales et humaines de ces migrations et, le cas échéant, les mécanismes d’appropriation des nouveaux territoires et/ou espaces sociaux, qui seront au centre de ces études.

Revue ILCEA, les derniers titres

Publié le 10 janvier 2019
Mis à jour le 10 janvier 2019