Sous la direction de giovanni depau
Des travaux qui contribuent à la pluralité de la recherche en géolinguistique, notamment en dialectologie.

Présentation

Nous retrouvons dans ce nouveau numéro quelques-unes des thématiques traditionnelles : la motivation sémantique appliquée aux noms de petits animaux (chenille et coccinelle pour R. Caprini, la taupe pour S. Canobbio, V. Dell’Aquila et G. Iannàccaro) ; puis la cartographie, avec G. Raimondi qui, s’appuyant sur l’Atlas des patois valdôtains, traite le sujet de la cartographie synthétique en proposant un essai d’interprétation dialectométrique. Une deuxième classe de travaux se propose de se pencher sur le concept du type lexical et à son utilisation par les dialectologues et les géolinguistes (R. Regis) et sur la lexicographie : P. Del Giudice examine ainsi quelles méthodes employer pour représenter la variation géographique, sociale et libre dans les ouvrages de référence. Enfin, toujours en rapport avec le lexique à travers l’histoire de la langue française et de son évolution nous présentons l’article de M. Bergeron-Maguire, avec les lettres d’une peu lettrée envoyées à sa fille au tout début du XIXe siècle, dans le monde des colonies.
Les articles constituant la troisième et dernière partie touchent à la toponymie : É. Ridel nous présente une ancienne forêt des ducs de Normandie, en croisant les données historiques et géographiques issues des sources d’archives et cartographiques, et L. de Castro Mouthino et I. C. Seara, concluent le volume avec une analyse prosodique de l’intonation de phrases déclaratives et interrogatives produites par les locuteurs portugais et brésiliens, dans le but de vérifier la présence de traits communs dans ces deux variétés.

Revue Géolinguistique, les derniers titres

Publié le19 décembre 2019
Mis à jour le19 décembre 2019