Sous la direction de nicolas mariotpierre merckléanton perdoncin
Durant quatre semaines, plus de 16 000 personnes ont accepté de répondre à un long questionnaire, et pour près de 4 000 d’entre elles, de raconter avec leurs mots les manières dont elles ont vécu et ressenti ce temps suspendu.

Présentation

Au printemps 2020, les autorités ont imposé, en France comme dans d’autres pays, un confinement de la population pour lutter contre la pandémie de Covid-19. L’épisode a bouleversé nos habitudes, nos liens à autrui, nos rapports aux autorités aussi. Il a touché en même temps, le fait est assez rare pour être souligné, tous les milieux et territoires de notre société. Comment avons-nous expérimenté ces nouvelles règles de vie ? Comment avons-nous fait face aux épreuves qu’elles nous ont imposées ? Que peut-on dire des conséquences sociales de cet événement hors norme ?

Ce livre propose des réponses à partir d’une enquête réalisée au coeur même de l’événement. Durant quatre semaines, plus de 16 000 personnes ont accepté de répondre à un long questionnaire, et pour près de 4 000 d’entre elles, de raconter avec leurs mots les manières dont elles ont vécu et ressenti ce temps suspendu. Ce sont leurs cadres de vie et leurs conditions de travail, leurs réactions et leurs sentiments qui constituent la chair de ce livre.

À propos de l'enquête Vico (la vie en confinement)

L’enquête réalisée durant le premier confinement, dont cet ouvrage est l’un des produits, est la première étape d’un programme de recherche de plus grande ampleur. La première vague d’enquête, par questionnaires, du printemps 2020 est depuis prolongée par deux autres, par entretiens et par questionnaires, à l’hiver 2020-2021 et au printemps 2021. Le programme est désormais financé par l'Agence nationale de la recherche.

Les résultats principaux de ces vagues d'enquête sont publiés sur un site internet dédié. On y trouvera notamment des informations complémentaires sur les données, la formulation des variables, les méthodes de redressement statistique mises en œuvre, les conditions d'accès aux données, ou encore le questionnaire utilisé lors la première vague de l’enquête.

Auteur·e(s)

Nicolas Mariot est directeur de recherche CNRS, membre du Centre européen de sociologie et de science politique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et EHESS).

Pierre Mercklé est professeur de sociologie à l’Université Grenoble Alpes et chercheur à Pacte. Il a tenu entre 2011 et 2013 une chronique dans le cahier « Sciences » du journal Le Monde en alternance avec des scientifiques d’autres disciplines.

Anton Perdoncin est chercheur à l’École des hautes études en sciences sociales.

Contributeurs : Marie-Pierre Bès, Claire Bidart, Vincent Cardon, Cécile Charlap, Anaïs Collet, Adrien Defossez, Jean-Luc Demonsant, Guillaume Favre, Julien Figeac, Colin Giraud, Frédéric Gonthier, Michel Grossetti, Tristan Guerra, Léo Joubert, Lydie Launay, Antoine Machut, Simon Paye, Tristan Poullaouec, Mélodie Renvoisé, Hélène Steinmetz, Olivier Zerbib.

Collection Carrefours des idées, les derniers titres

Publié le11 mars 2021
Mis à jour le19 mars 2021