Auteur·e(s) élodie raimbault
Au-delà des stéréotypes et des contradictions, le monde de Kipling est perçu simultanément par un géographe et un vagabond, par un militaire et un enfant, par un administrateur et un nomade. Jouant sur l’articulation entre l’un et le multiple, les motifs de la mosaïque et de la frontière permettent une exploration sans systématisme de cet imaginaire géographique.

Présentation

L’œuvre de Rudyard Kipling, si populaire et si controversée, dépasse les critiques parfois stéréotypées qu’on lui attache : sans nier son exotisme, son impérialisme, son militarisme, il s’agit de relire la fiction de Kipling en se penchant sur son esthétique géographique. En s’orientant vers une lecture concrète et sensible, vers le domaine métaphorique, spatial et visuel, Le géomètre et le vagabond cherche à rendre le plaisir du texte, en analysant sa réception sans la dénaturer.
Les nouvelles de science-fiction, les nouvelles fantastiques, les farces, les récits modernistes, les poèmes accompagnant les nouvelles – tous ces textes sont étudiés en lien avec les récits d’aventure plus connus, Kim et les fables de la Jungle, afin de montrer les lignes de force qui parcourent l’œuvre. Une approche géopoétique montre que l’espace n’y est pas une simple donnée : il est multiple, problématique et divisé, et c’est de son appréhension qu’émerge le récit.

Auteurs

Élodie Raimbault est maîtresse de conférence en littérature anglaise à l’Université Grenoble Alpes.

Collection Esthétique et représentation : monde anglophone (1750-1900), les derniers titres

Publié le28 janvier 2021
Mis à jour le19 novembre 2020